Quelles sont les raisons qui justifient la sanction par l'UE, des militaires au pouvoir en Birmanie ?

Face aux nombreux assauts de la junte militaire en Birmanie contre les manifestants pro démocratie, l’Union européenne et les Etats-Unis ont prononcé une série de sanctions contre les militaires au pouvoir en Birmanie.

Retour sur le coup d’État civil

Depuis plus de deux semaines environ la nation de la Birmanie traverse une crise politique
occasionnée par l’armée donnant naissance à un coup d’État qui prévaut actuellement dans le
pays. En effet, les militaires ont procédé à l’arrestation de Mme Aung San Suu Kyi et le président Win
Myint. Cette arrestation a causé de nombreux tumultes dans la ville de Rangoun, où il y a des
attroupements et des manifestations de la part des démocrates pacifiques. Bien avant cet événement, internet a été coupé. Ce qui a rendu la diffusion de l’information difficile à la communauté internationale.

La Russie et la Chine qui sont membres de l’ONU ne sont d’accord des sanctions internationales prises contre la Birmanie. Les manifestations pourraient aggraver la situation de la pandémie du coronavirus en Birmanie. Les forces de sécurité birmane auteure du coup d’État, ont arrêté et condamné plus de 700 personnes. Ils ont ordonné des coupures régulières d’internet et font recours aux balles réelles et de caoutchouc, au gaz lacrymogène et aux eaux a canons contre les pacifistes. Ceci a poussé les Américains et les Européens représentants aux Nations Unies à sanctionner la junte militaire birmane.

Les sanctions européennes et américaines contre la junte militaire

Agir serait la meilleure solution pour préserver la paix dans la Birmanie, c’est pourquoi les États
unis par la voix de Antony Blinken a demandé de mettre un terme aux manifestations, et de libérer
les leaders détenus par injustice. L’UE de son côté a prononcé des sanctions économiques en
suspendant toutes les aides financières aux réformes du gouvernement. Elle a réduit les
relations commerciales avec la Birmanie. L’UE condamne également les violences des forces de
sécurité birmane contre les manifestants pro démocratie.