Procès d’Uber au Royaume Uni : La Cour suprême donne raison aux chauffeurs de Uber

Dans l’affaire opposant Uber à ses chauffeurs, ce dernier vient de perdre devant la Cour suprême.
En effet, la cour a rendu une décision qui concède aux chauffeurs plaignants, le statut d’employé. Que savoir de ce duel qui a tant duré ?

La genèse du Duel judiciaire

La bataille judiciaire remonte à 2014. À cette date deux chauffeurs travaillant pour le groupe
décident de porter plainte contre lui. Ils s’insurgeaient contre le fait d’être considéré comme des travailleurs indépendants et non des salariés à part entière. Une première décision de justice rendue en octobre 2016 a donné raison aux chauffeurs d’Uber. Reconnaissant donc à ceux-ci le droit au salaire, le
droit a des pauses régulières et a des congés payés.

Mécontent de la décision, Uber va déposer un recours contre la décision rendue par le tribunal en faveur de ses chauffeurs. Au terme du procès, Uber perd à nouveau l’appel devant le tribunal en 2018. Celui-ci a conforté la première décision de justice en accordant le privilège de salariés aux chauffeurs d’Uber.
Ce nouveau fiasco n’a pas mis un terme à la bataille judiciaire. Uber saisit la Cour suprême qui est la
plus haute juridiction pouvant statuer en la matière.

La Cour suprême est restée dans la logique des deux précédentes décisions rendues par les
tribunaux. Elle considère au terme de sa décision les chauffeurs comme des employés avec tous
les droits et obligations s’y afférant.

Corollaire du verdict de la Cour suprême

À la sortie du verdict de la haute juridiction, les deux chauffeurs qui ont été les pionniers de cette
action tentée contre le groupe se sont estimés à travers une déclaration faite à la "BBC" ravis et
soulagés. Tandis que du côté d’Uber se lisent toujours des sentiments d’insatisfaction. Mais a l’en croire,
il respecte la décision de la Cour suprême et va reconsidérer le statut des chauffeurs utilisant
l’application.

En conséquence de la décision de la haute juridiction, les chauffeurs pourront se
tourner vers un tribunal pour obtenir des indemnisations. Et s’appuyant sur la décision comme
jurisprudence, d’autres chauffeurs dans la même situation peuvent se tourner vers la justice pour
obtenir le statut d’employé.